Charles-VI-le-roi-fou-histoire-sympa
Podcasts et vidéos Histoire Sympa

Charles VI le Roi Fou, une tache dans l’Histoire de France

L’Histoire de France est pleine de drôles de zigotos. Parmi eux, Charles VI, roi fou, est une figure de proue que l’on ne souhaiterait pas comme chef d’entreprise. Atteint de folie dès ses 24 ans, il termina son règne en léguant tout bonnement, et par testament, le trône de France à son rival, le roi d’Angleterre. La Guerre de Cent ans enclenchée par la triste descendance de Philippe IV le Bel n’était alors pas prête de s’arrêter.

Charles VI, le souverain dément inspire Les Taches de l’Histoire

Les Taches de l’Histoire, équipe cocasse, nous présentent une vision bien comique du personnage. Pour notre plus grand plaisir, ils évoquent les premiers signes de folie qui ont peut-être possédés Charles VI. Imaginant que des sujets sains d’esprit et clairvoyants aient été les témoins désabusés de son état, suivons leur échange comique.

1392 à Paris. Deux sujets du roi se réunissent discrètement dans les écuries pour s’entretenir sur la santé du roi.

  • « Psss ! Jean-Louis, je suis là !
  • Roh ! Benoît, qu’est-ce que je t’ai dit l’autre fois ? Je croyais qu’on s’était compris : on arrête de se voir dans l’écurie pour trinquer du nombril. Ça sent le bourrin et les chevaux nous regardent, ça me déconcentre.
  • Désolé mais fallait que je te voies. T’as vu le roi dernièrement ?
  • Oui. Enfin non.
  • Oui ou non faudrait savoir !
  • Ben la dernière fois que je l’ai vu, il était invisible.
  • Hein ? Tu vas me prendre pour un con mais là, je ne comprends pas.
  • Bah, il était invisible quoi.
  • Tu fais rapport au fait qu’il a une araignée au plafond ? Qu’il est moins présent dans ses fonctions ?
  • Nan tu comprends pas. Il pensait réellement que personne ne pouvais le voir, qu’il avait disparu quoi.
  • Ah bah, ça, c’est la meilleure !
  • Ouais et gare à toi si tu avais le malheur de l’observer. Un regard dans les yeux et clac ! Il t’empalait.
  • Ah, la chance !
  • Nan, nan, avec son épée j’veux dire. Autant te dire que je l’ai pas contrarié. Il voulait être invisible, il l’était et pis c’est tout.
  • Rah là là, mais c’est de pire en pire, hein ? Tu connais pas la dernière ? Depuis hier, il dit qu’il est en verre.
  • En vert ?
  • Oui en verREU.
  • Ça, c’est sûrement une excuse pour qu’une servante vienne lui lustrer le chinois. Enfin, il faudra lui dire que le verre ça se nettoie à l’eau chaude.
  • Pourquoi ?
  • Ben, si ça pouvait le forcer à se laver un peu ça serait pas mal. Il pue la charogne à 15 pas le salaud.
  • Ben, normal en même temps, il se lave plus. On dit qu’on attrape pas les mouches avec du vinaigre, ben là la preuve que si hein. C’est un essaim de mouches qu’il trimballe avec lui tout le temps, on dirait des yeux de chevaux !
  • Et puis ça va pas s’arranger. Maintenant qu’il est convaincu d’être un verre ambulant, il a qu’une peur… Qu’on le remplisse à ras-bord.
  • T’es con. Non, il a peur de chuter et que son corps de brise en mille morceaux. Alors il porte sans cesse une armure en fer pour éviter la catastrophe. Tu veux que je te dise ? La catastrophe aujourd’hui c’est plus qu’il devienne fou.
  • C’est quoi ?
  • C’est qu’il pue !
  • Bruit de verre brisé
  • Mon Dieu, ça y est : le roi est mort ! Qu’est-ce qu’on va faire ? Surtout ne marchez pas pieds nus !

Charles VI, le roi fou dit le bien aimé

Plusieurs hauts personnages entrent en jeu dans cette histoire :

  • Charles VI le roi fou, bien entendu ;
  • son frère cadet, Louis, duc d’Orléans ;
  • les oncles du roi : Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, et le duc de Berry ;
  • Jean sans Peur, fils du Hardi ;
  • Isabeau de Bavière, reine de France ;
  • Charles VII, le dauphin, fils du roi ;
  • Henri V, roi d’Angleterre.
Charles VI le roi fou-couronne royale
Charles VI le roi fou hérite de la couronne de France à l’âge de 20 ans

Notre bien-aimé roi fou naît en 1368, dans la seconde époque de la Guerre de Cent ans (1337-1453). Néanmoins, lorsqu’il prend la couronne à 20 ans, il bénéficie d’une situation plutôt stable. Son défunt père a reconquis une bonne partie de la France. Une sorte de status quo semblait installé avec l’Angleterre. La régence de ses oncles a, en revanche, provoqué quelques troubles opposant le peuple aux nobles trop gourmands en impôts.

La démence de Charles VI : une guerre du trône fratricide

Charles VI fait sa première crise de démence à 24 ans. Il fait alors une partie de chasse et le voici qui embroche ses gardes du corps ! La raison lui revient en quelques jours mais le problème s’accentue dès l’année suivante, en 1393.

Spectacle médiéval reconstitution
Illustration spectacle médiéval reconstitué

Au cours d’une petite fête, dite le Bal des ardents, organisée par son épouse royale à l’hôtel Saint-Pôl, une torche provoque un incendie. Quatre nobles meurent ainsi que la majorité des danseurs. Le roi est blessé mais il sombre surtout dans une folie que plus rien n’endiguera. Certains y voient un complot orchestré par Louis, duc d’Orléans, frère cadet du roi, qui fut le dernier à tenir la torche incriminée…

Il n’en faut pas plus pour que le pouvoir atterrisse de nouveau entre les mains des oncles royaux. Fervents partisans de la régence pour leur pauvre neveu, les ducs de Bourgogne et de Berry se font un plaisir de diriger en son nom.

Assassinats et guerre civile au menu pour la mainmise sur Charles VI

Être régent, c’est sans compter sur la reine, Isabeau de Bavière, et Louis, l’inique frère cadet royal, qui se plaît à réclamer sa part de pouvoir. La mésentente de ce dernier avec le duc de Bourgogne, Philippe le Hardi, grandit. Il faut dire que le duc lui refuse des prérogatives. Leurs querelles sont légendaires jusqu’à ce que le Hardi meure.

Charles-VI-le-roi-fou-le-fou-du-roi
Le fou du roi

Ni une, ni deux, Louis d’Orléans s’empresse de restreindre la mainmise bourguignonne sur le trône. Celle-ci profite en effet de l’état de Charles VI le roi fou qui écoute volontiers toutes les mauvaises langues et se laisse influencer par celui qui a parlé en dernier. Sous leur tutelle, les Bourguignons semblent vouloir ouvrir toutes grandes les portes de la France à l’Angleterre, accentuant les conflits à l’intérieur même du royaume. Mais rira bien qui rira le dernier.

La Guerre de Cent ans repart de plus belle

L’héritier du duché de Bourgogne, Jean sans Peur, n’a pas renoncé à la régence détenue par son défunt père. Il en vient à faire assassiner Louis d’Orléans en 1407. La chose ne passe pas inaperçue et provoque une guerre civile. Les principaux opposants sont les Armagnacs et les Bourguignons. Ces derniers relancent la Guerre de Cent ans en soufflant sur la vindicte anglaise.

Henri V d’Angleterre remporte de grandes victoires (Azincourt et annexion de la Normandie), jusqu’à tenir Paris. À leurs côtés, les Bourguignons se rengorgent de détenir le pouvoir royal à la place du roi. Pour tenter d’y mettre fin, le Dauphin du roi, Charles VII ait assassiner Jean sans Peur. Peine perdue. L’influence bourguignonne va jusqu’à donner naissance au Traité de Troyes.

Qu’est-ce donc que cela ?

Une sorte de testament par lequel Charles VI, le roi fou, donne sa fille en mariage à Henri V d’Angleterre et stipule qu’à sa mort, la couronne de France reviendra à l’enfant issu de cette union. Exit son fils aîné, le Dauphin Charles VII et bonjour la guerre des trônes !

Charles VI-le-roi-fou-le-dauphin-de-France
Charles VII, le Dauphin de France, fils de Charles VI le roi fou version cinématographique

Charles V avait laissé un royaume réunifié après la longue première période de la Guerre de Cent ans. Son fils, atteint de démence, aura tout jeté dans les flammes d’un conflit apparemment sans fin. Ou comment les querelles de succession engendrent morts et tragédies pour des milliers de petites gens. Vous pensez avoir tout lu ? Et si nous vous parlions de la légende noire de Louis XI ?

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)

Laisser un commentaire