Chateau Gaillard défense ultime pour la Normandie de Richard Cœur de Lion-histoire sympa
Défi Histoire Sympa

Château Gaillard : défense ultime pour la Normandie

Bâti en l’espace d’une année seulement, Château-Gaillard fut l’archétype de la défense ultime pour la Normandie de Richard Cœur de Lion. Devenu symbole d’une autorité royale bafouée par un ancien allié, ce bastion continue de poser sur la Seine un regard protecteur jaloux sur tous les envahisseurs de la belle région normande.

Château-Gaillard, dernière protection de la Normandie anglaise

Depuis sa création au Xe siècle, suite à un accord entre un roi des Francs dépassé et un chef Viking, la Normandie est un état prospère, quasi-indépendant de la couronne. Le duché n’existe pas encore officiellement mais ses bases sont jetées. Lorsque son duc Guillaume devient le Conquérant et prend le royaume d’Angleterre, il scelle le sort de ces deux territoires comme un seul.

À la fin du XIIe siècle, la Normandie est terre anglaise et les velléités entre France et Angleterre tournent autour des territoires français partagés entre les deux couronnes. Philippe Auguste, roi de France, est allié de Richard Ier jusqu’à leur départ pour la Terre Sainte. Mais quand Richard Cœur de Lion annule ses fiançailles avec sa sœur, Philippe Auguste s’en retourne rapidement. Mieux, il saisit sa chance : Richard absent, il entreprend de conquérir le duché normand. Mais la chance tourne : Richard revient à son tour et impose une cuisante défaite à son ancien allié. Un traité de paix est signé en 1196 mais le Lion l’a compris : s’il lui tourne le dos, Philippe Auguste est capable de tout.

Il entreprend donc de barrer l’accès à la Seine aux futurs convois de troupes. Il choisit l’entrée en Normandie et les Andelys. Il doit d’abord négocier avec l’archevêque de Rouen qui détient le lieu avant de passer outre l’une des conditions du traité récemment conclu lui interdisant de fortifier aux alentours du fleuve. Qu’importe, son accord avec l’Église lui suffit : il installe sa forteresse sur un sommet rocheux qui surplombe la Seine de près de 90 mètres. Ce n’est pas le point le plus haut mais il lui permet de nombreux aménagements inédits pour l’époque. Son but est de bloquer littéralement le fleuve !

Chateau Gaillard  oeuvre de Richard Cœur de Lion 5-histoire sympa

Le château en lui-même n’est pas le seul élément de défense construit. Richard Cœur de Lion y ajoute un bourg fortifié, un pont qui enjambe la Seine et se fond dans un autre château plus modeste. En amont, il fait installer des pièges destinés à stopper les navires et deux avant-postes en bois ou mottes castrales. Château-Gaillard devient la défense ultime sur le chemin de la Normandie de Richard Cœur de Lion.

Aujourd’hui, on peut encore voir le château principal avec les vestiges de son donjon, du mur d’enceinte et des rares autres constructions attenantes ainsi que l’avant-poste de l’île La Tour.

Chateau Gaillard  défense ultime pour la Normandie de Richard Cœur de Lion 2-histoire sympa

Une forteresse médiévale unique en son temps

En cette fin du XIIe siècle, les châteaux forts présentent tous un même aménagement : rempart de pierre entourant un donjon carré, une place fortifiée et le château proprement dit. Mais Richard Cœur de Lion est un tacticien de génie pour l’époque, il planifie la construction en fonction de toutes les stratégies et armements possibles. Il opte pour une structure faite d’emboitement de bâtiments indépendants les uns des autres.

Si les archéologues font la grimace à l’idée que le roi anglais puisa l’inspiration lors de la Troisième Croisade, qui manqua de lui coûter son trône et la vie, on ne peut que deviner une influence étrangère à l’Europe d’alors. Les historiens le savent bien : les Croisades ne furent pas uniquement des équipées sauvages et guerrières accouchant de milliers de morts. Elles furent aussi le théâtre de drames humains qui permirent des échanges inédits. Ces interactions culturelles apportèrent de nombreuses sources d’innovations architecturales, artistiques, techniques et scientifiques.

Chateau Gaillard  défense ultime pour la Normandie de Richard Cœur de Lion 3-histoire sympa

En concevant sa forteresse avec des éléments modernes jusqu’alors inexistants en Europe, Richard Ier voulait ainsi épuiser les assaillants en multipliant les difficultés et en les privant du soutien de machines de guerre impossibles à faire passer, moins encore sous le feu nourri d’archers, de pierres, de poix, de soufre, etc. Imprenable pour son époque, Château-Gaillard ne fut pourtant pas exempté de défauts. Sa plus grande faille réside dans le plateau tout proche, presque accolé au mur d’enceinte et sur lequel il était aisé d’installer des machines de guerre (trébuchets ou catapultes).

Dans cet esprit novateur, le château se composait de :

  • un donjon de trois niveaux percés de baies doubles, planté au milieu d’une haute-cour, fait d’une tour ronde avec un angle sur son flanc sud, d’un éperon et de contreforts soutenant des mâchicoulis ;
  • la haute-cour accueillant ce donjon, cerclée d’une enceinte, munie de fenêtres, avec fossé externe. Elle abritait une grande salle, un four à pain, des celliers creusés dans la roche et une armurerie. Les fouilles ont déterminé que son appareillage offrait une meilleure résistance aux projectiles que ses semblables d’antan ;
  • une basse-cour entourant la haute-cour et le donjon. Gardée par un rempart agrémenté de tours et adjoint d’un fossé empli d’obstacles, elle abritait aussi une chapelle, un puit, des caves et des logements aujourd’hui disparus ;
  • un ouvrage défensif unique, séparé du reste par un autre fossé et reprenant un motif de polygone flanqué de tours rondes. Il était relié à la basse-cour par un unique pont et défendait le seul point faible de la forteresse surplombée par un plateau rocheux ;
  • un dernier fossé.

La conquête française de Château-Gaillard

De traités en reprises des hostilités, de territoires gagnés et perdus, les confrontations franco-anglaises se poursuivent pour la Normandie. C’est au cours du siège de Châlus-Chabrol que Richard Cœur de Lion trouve la mort. Il n’en faut pas plus pour que Philippe Auguste pousse son avantage. Château-Gaillard, la défense ultime pour la Normandie doit tomber. Il lui faut libérer l’accès à la Seine ! Après la destruction des différents dispositifs de garde du fleuve donnant accès au Vexin normand et à Rouen, Philippe Auguste se tourne vers le site qui, pourtant, n’est plus si important à prendre. Mais la symbolique vaudra tous les sacrifices…

Les rares points faibles de la forteresse n’échappent pas au souverain français, pas plus qu’à son chef mercenaire, Lambert Cadoc. On double le fossé existant, on y dispose des beffrois, et on entame un siège terrifiant. La garnison anglaise commandée par Roger de Lacy pense avoir suffisamment de ressources dans l’attente d’une armée secourables. Mais c’est mal connaître la cadet du Lion, Jean sans Terre… Aucun secours ne viendra.

Pour économiser les vivres, 1 200 habitants, qui vivaient dans les environs et s’étaient réfugiés là, sont tout bonnement chassés. C’est l’hiver. Les Français en laissent passer un bon nombre mais repoussent les autres. Entassés dans la deuxième enceinte, sans vivres et sans abris, des centaines meurent de froid avant que de rares survivants soient autorisés à filer à leur tour.

Le calcul est d’autant plus cruel que l’impatience royale fait des siennes : ce n’est pas la faim qui a raison de la résistance anglaise. Philippe Auguste ordonne le positionnement de machines de guerre sur le fameux plateau qui surplombe le château. La plus haute tour est massacrée, poussant la garnison à se terrer dans le château domestique. Les Français profitent ensuite d’une nuit et de l’accès aisé à une chapelle, bien à propos bâtie à la demande de Jean sans Terre, pour pénétrer la forteresse par la basse-cour. Le donjon est à portée de l’équipement des assiégeants qui en enfoncent la lourde porte. Le siège se termine le 6 mars 1204. Château-Gaillard, image même de la force tactique de Richard Cœur de Lion devient propriété de la couronne française.

Chateau Gaillard  défense ultime de Richard Cœur de Lion 4-histoire sympa

Une forteresse au destin sanglant

Le duché de Normandie est rattaché au royaume de France dans l’année. Château-Gaillard reprend son rôle de forteresse gardienne sur la Seine. Mais il participe malgré lui aux épisodes les plus sombres de la destinée des rois de France.

En 1314, Philippe IV le Bel, qui s’enorgueillit d’avoir éradiqué l’ordre des Templiers et ramener la paix en son royaume grâce à sa politique, subit le pire des affronts. Ses trois belles-filles sont convaincues d’adultère et condamnées. Deux d’entre elles, fautives dénoncées par leurs amants soumis à la torture, sont envoyées à Château-Gaillard pour y être enfermées à vie. Marguerite de Bourgogne épouse de Louis X, l’aîné des rejetons royaux, était désignée pour devenir reine de France. Elle meure dans les entrailles du château dans des conditions qui attisent les conflits entre la couronne et les deux Bourgognes (duché et comté). La seconde, Blanche de Bourgogne dite aussi Blanche d’Artois, est par la suite autorisée à quitter sa geôle pour entrer au couvent de Maubuisson.

Mais le sang continue de couler pour Château-Gaillard. Au cours de la Guerre de Cent Ans, les sièges s’y succèdent :

  • les Anglais reprennent le fief de leur ancêtre en 1419 ;
  • que les Français reconquièrent grâce à Étienne de Vignoles, compagnon de Jeanne d’Arc dit La Hire, en 1429 ;
  • avant de le perdre en 1430 ;
  • et de le regagner en 1449 pour le compte de Charles VII.

Ce sont les guerres de religions du XVIe siècle qui mettent fin au règne de Château-Gaillard sur la Seine. La région est gagnée par un fort succès du Protestantisme et de la Réforme. À la suite d’un siège de deux ans pour en déloger quelques récalcitrants, ceux que l’on nomme alors les États de Normandie obtiennent l’autorisation de détruire la forteresse afin qu’elle ne serve plus de repère aux Protestants. Nombreux sont ceux qui viennent récupérer les pierres afin de bâtir leur demeure sur les Andelys, notamment les pénitents et les capucins pour leur couvent respectif. La démolition atteint son apogée avec l’ordre donné par Richelieu d’aplanir définitivement le donjon et son enceinte…

Depuis 1862, Château-Gaillard, l’ultime défense de la Normandie de Richard Coeur de Lion, est classé monument historique. Il fait partie intégrante des curiosités à visiter dans la région. Les nombreuses fouilles ont permis de réhabiliter le site pour les touristes. Il faut se trouver entre ces murs médiévaux, derniers témoins d’une rude époque de luttes entre rois, pour mesurer l’imposante prestance de ce lieu bâti pour la défense de la Normandie de Richard Cœur de Lion.

Sources :

  • Wikipédia
  • Lesandelys.com/chateau-gaillard/gaillard.htm
  • Pixabay

Visites : https://www.ville-andelys.fr/chateau-gaillard/

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager :)

6 commentaires

  • Nico06

    Merci pour ce super article ! Habitant à Rouen je sais où je vais aller faire un tour de retour de vacances… C’est vrai que la Normandie est une terre d’Histoire (ya pas que le débarquement). Il faut profiter de tous ces lieux de notre patrimoine.

    • Clémentine Fourau

      Merci à toi pour ce commentaire. Oui, la Normandie est une région passionnante et si riche ! Je prévois d’autres sujets du genre. Bonne visite à Château Gaillard et n’hésite pas à revenir ici faire un retour sur tes impressions ^^

    • Clémentine Fourau

      Merci à toi Sophie ^^ heureuse de t’avoir apporté quelque chose e peut-être l’envie de venir te balader en Normandie.

  • Magali Cochez

    Merci pour ce partage,

    Cet article très instructif me donne l’envie de visiter ce château lors d’un prochain séjour dans la région.
    Magali

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :